• laetitiaRaoultPsy

"Psys", tous les mêmes ?

Psychologues, psychiatres, psychanalystes, psychothérapeutes, psycho-praticiens… ces termes se ressemblent tous et pourtant ne sont pas interchangeables, il paraît.

Récemment, on m’a demandé d’expliquer à un groupe les différences entre psychiatre, psychologue et psychanalyste. Fort de mes expériences dans différentes structures, je me sentais prête à jouer le jeu. Je me suis donc posée afin d’y réfléchir et de revenir avec des définitions claires, précises et sans équivoque de ces différents termes.


C’est alors que je me suis aperçue que pour moi, même, ce n’était pas si évident que cela.

Laissez moi vous raconter mes démarches pour arriver à une compréhension globale de ces différences, issues à la fois de mes expériences et de mes recherches.



Ma démarche:


Mon premier réflexe a été de rechercher sur les moteurs de recherche ce qu’est un psychiatre, un psychologue et un psychanalyste. Passé Wikipédia et autres sites dont leur réputation n’atteste pas leur fiabilité, je me suis rendu compte que je n’avais pas réussi à trouver ce que je cherchais. En effet, les définitions claires et précises ne fleurissent pas sur internet, laissant persister le doute dans l’esprit de celui qui n’est pas expert en la matière.

J’ai toutefois pu trouver certaines informations qui pourraient bien servir. Je vais donc vous faire un petit résumé :

Psychiatre:


Le psychiatre est un médecin spécialisé en psychiatrie. De ce fait, il a une formation médicale.


Concernant sa formation, en France, il s’agit d’un tronc commun en médecine de 6 ans suivi d’une spécialité en psychiatrie pendant environ 4 à 5 ans.

De par sa formation médicale, il est le seul « psy » à pouvoir poser officiellement un diagnostic et proposer un traitement médicamenteux pour les maladies mentales.

Pour poser le diagnostic, il se base sur l’évaluation à la fois d’examen physique et mental, d’analyse de laboratoire et d’imagerie médicale. Il tient également compte de l’histoire de la personne.


A l’hôpital, le psychiatre est celui qui coordonne les soins.

En tant que psychologue clinicienne ayant étudié la psychopathologie (c’est-à-dire l’étude des troubles mentaux), j’entretiens un lien nécessaire avec les psychiatres. En effet, mon devoir est d’orienter le patient vers un médecin lorsque le suivi psychologique nécessite un soutien médicamenteux. En effet, pour certains, atteints de troubles sévères, la thérapie est rendue inaccessible si elle n’est pas associée à une prise de médicament assurant une stabilité.

Psychologue:


Considérons à présent le rôle du psychologue. Une fois encore, il s’agit de casser les représentations. En effet, la psychologie est un champ d’études étonnement varié et il est facile de s’y perdre ! Par exemple, tous les psychologues ne font pas de suivi auprès de patients, seuls les psychologues cliniciens le font.

Commençons par ce que les psychologues ont en communs. Pour avoir droit au titre de psychologue, il faut avoir fait 5 années à l’université, complété une licence puis un master de psychologie. De plus, il est nécessaire d’avoir fait un travail de recherche et des stages pratiques.

Peu importe leurs champs d’exercices, leur but est de faire reconnaître la dimension psychologique de l’individu. C’est-à-dire insister sur l’expérience psychique de chacun en permettant l’expression des pensées, attentes, valeurs. Ils peuvent intervenir dans le champ de la santé, de la justice, de l’éducation, dans la fonction publique etc.


Concernant les psychologues cliniciens, leurs compréhensions du fonctionnement humain diffèrent en fonction de leurs formations et spécialisations. Ainsi, si le psychologue est d’orientation psychanalytique, il interprétera le comportement de la personne et ses souffrances au regard des paradigmes psychanalytiques. Je ne serais pas en mesure de vous en parler ici car il ne s’agit pas de ma formation.


Au contraire un psychologue formé aux thérapies cognitives et comportementales expliquera le comportement de l’individu au regard des lois des apprentissages et des processus cognitifs. Le psychologue se référera alors à ces paradigmes pour proposer des prises en charge permettant à l’individu de comprendre et soulager sa souffrance psychique et émotionnelle.

Concernant mon expérience personnelle, car c’est d’elle dont je peux le mieux parler, l’accueil, l’écoute de la personne sont pour moi les maîtres mots d’un suivi psychologique. En effet, c’est dans le discours de la personne, en prenant conscience de ses pensées et de ses émotions qu’on sera capables d’analyser un comportement générateur de souffrance et d’en comprendre ses motivations. La personne se sentira alors reconnue, écoutée et considérée, même dans ses différences et dans sa souffrance. Il s’agit d’une porte ouverte vers un mieux-être.

Les psychologues n’étant pas médecins, ils ne peuvent pas poser de diagnostic ni prescrire de médicaments. Cependant, s’ils ont étudié la psychopathologie, ils seront en mesure d’émettre des hypothèses diagnostiques, utiles pour déterminer la nécessité de rediriger vers un psychiatre ou d’adapter les prises en charge.


Psychanalyste:

A présent, quelques mots sur le psychanalyste. N’étant pas une spécialiste de ce courant et n’ayant pas trouvé de sources claires et précises, je ne pourrais donner que quelques informations sommaires à ce sujet. Pour devenir psychanalyste, il est nécessaire de faire une psychanalyse soi-même afin de prendre conscience de ses mouvements intérieurs jusqu’alors inconscients pour qu’ils n’interfèrent pas avec l’analyse du patient. Un psychiatre ou psychologue peut également être psychanalyste, mais l’inverse n’est pas vrai : un analyste n’est pas forcément psychiatre ou psychologue. Le psychanalyste écoute, analyse et interprète ce que dit le patient en se référant aux théories psychanalytiques.

Psychothérapeute:


Le psychothérapeute quant à lui est celui qui pratique des psychothérapies. Ce titre est protégé depuis 2011. Ainsi, depuis, seuls les psychiatres et psychologues sont en mesure d’avoir le titre de psychothérapeutes. La psychothérapie correspond aux pratiques non médicamenteuses mises en place afin de diminuer la souffrance psychique. Elles sont issues des paradigmes dont elles sont inspirées. Ainsi, la thérapie analytique ou cognitive et comportementale utilise des outils propres à ces courants.

Psycho-praticien:


Le psycho-praticien est un professionnel de la psychothérapie. Cependant, ce titre n’est pas protégé, n’importe qui peut donc l’utiliser et les formations ne sont pas réglementées.

Conclusion:


Voici ce qui résume les différents termes « psys ».

Cet article est toutefois loin d’être exhaustif et il me semble nécessaire d’insister sur l’importance de se renseigner avant de choisir un « psy ». En effet, tous ne conviennent pas à tout le monde et certaines méthodes sont davantage efficaces selon la problématique et les difficultés rencontrées.





07.80.99.97.49

©2020 par Laetitia RAOULT. Créé avec Wix.com