• laetitiaRaoultPsy

5 faits à propos du Stress

1. Le stress, une réaction d’alarme




A la base, le stress est une réaction normale et adaptative qui nous aide à affronter certaines situations contraignantes.

Il s’agit avant tout d’une réaction d’alarme qui permet de mobiliser toutes les ressources de notre organisme pour faire face le plus efficacement possible à un facteur de stress.

Cette réaction d’alarme se manifeste de différentes façons. Tout d’abord, d’un point de vue physique, nos corps vont atteindre des capacités supérieures à l’habitude.





Nous pouvons courir plus vite et frapper plus fort pour nous défendre face à une menace. Cette réaction d’alarme a aussi un impact psychologique, elle nous donne la capacité de focaliser davantage notre attention sur la tâche à accomplir.




2. Différentes situations déclenchent le stress…


Les situations qui entraînent le stress sont toutes les situations dans lesquelles l’individu a peu de contrôle, qui sont inattendues, nouvelles ou qui mettent en doute nos capacités. Ainsi, des événements heureux comme malheureux peuvent déclencher la réaction d’alarme et nous pouvons êtres aussi bien stressés par un mariage que par une présentation orale.




3. Le stress peut prendre plusieurs formes…


Le stress peut être adapté : il nous permet de focaliser notre attention sur une tâche à accomplir, de mobiliser nos capacités physiques et de nous inciter à l’action. Sans un minimum de stress, il y a des tâches que nous n’accomplirions jamais !

Mais au-delà d’un certain niveau de stress, celui-ci ne nous aide plus à être efficace. Au contraire, il entraîne des réactions désagréables : nous pouvons rester sidérer et ne plus être en mesure de bouger. Au contraire, nous pouvons bouger dans tous les sens sans pouvoir nous contrôler. Nous pouvons également être amené à fuir la situation, parfois de manière dangereuse, ou encore réaliser des actions à la manière d’un robot. Il s’agit alors du stress dépassé.

C’est pourquoi, un peu de stress, c’est bien; cela nous motive à mieux nous préparer. Par exemple, à l’approche d’une épreuve sportive, le stress nous pousse à nous entraîner intensément et à donner le meilleur de nous-même. Il nous permet de nous focaliser sur notre tâche à accomplir, et nous donne l’énergie pour pousser davantage sur nos jambes.

Le stress pose problème lorsqu’il est dépassé. Nous ne sommes plus capables d’affronter les événements la tête claire, nous faisons des actes et prenons des décisions sans exercer notre plein contrôle. Nos mains peuvent se mettre à trembler, nous pouvons avoir des sueurs froides et oublier tous les mots d’une présentation orale que nous avions pourtant parfaitement préparée.



4. Le stress entraîne des sensations physiques


Biologiquement, comment ça se passe ? La réaction d’alarme qui caractérise le stress s’active par la sécrétion d’hormones.

Notre organisme détecte dans notre environnement un défi auquel il doit s’adapter : il s’agit des facteurs de stress. Il sécrète alors des hormones qui vont entraîner l’activation du système nerveux sympathique.

Dans notre corps, deux systèmes nerveux s’alternent : le système parasympathique et le système sympathique. Le premier favorise la détente, la relaxation. Il permet à notre corps de digérer, de se reposer. Au contraire, le système sympathique active notre corps et nous rend davantage performant.


Notre cœur bat plus vite, notre respiration s’accélère, permettant un apport d’oxygène plus important et de ce fait une meilleure condition physique. Le sang quitte nos extrémités pour rejoindre les muscles de nos bras et de nos cuisses : nous pouvons alors courir plus vite et frapper plus fort. Toutes les actions non-utiles pour se défendre sont mises en veille. Ainsi, la digestion ralentit, et notre corps se vide, pouvant entraîner des maux de ventre ou encore des envies pressantes.

Ces sensations sont utiles lorsque nous sommes en situation de combat ou de fuite. Cependant, notre système d’alarme s’active même lorsque nous n’avons pas besoin de nos forces physiques. En effet, si, à une époque, nous avions besoin d’un système d’alarme pour fuir face à une bête féroce, aujourd’hui, ce système d’alarme s’active face à des dangers tout autres.

Chez certaines personnes, ce système d’alarme s’active plus facilement que chez d’autres, expliquant en partie pourquoi nous ne sommes pas égaux face aux facteurs de stress.


5. Le stress dépend de nos propres perceptions


Le système d’alarme se déclenche lorsqu’un danger est perçu dans notre environnement. Cependant, les perceptions d’une personne à l’autre sont différentes, et notamment, nos perceptions concernant nos capacités à faire face à une situation.

Si nous avons le sentiment d’être capable de gérer les difficultés que nous rencontrons, l’alarme va s’allumer et très vite s’éteindre ou diminuer. Au contraire, si nous nous sentons incapables d’affronter ce qui nous attend, nous allons considérer le danger comme important. L’alarme va alors s’intensifier, entraînant un cercle vicieux.


Pour donner un exemple, lorsque je me prépare à un entretien d’embauche, si je me dis « j’ai toutes les qualifications pour se poste, l’entretien n’est qu’une formalité », mon niveau de stress sera beaucoup moins élevé que si je me dis « Ils va y avoir pleins de candidats, je ne vais pas être capable de me démarquer ! ». Ces pensées entraîneront alors l’activation de notre système d’alarme qui va détecter un danger et activera notre système nerveux sympathique. Cela aura pour conséquence d’accélérer notre rythme cardiaque, notre respiration ou encore de provoquer des tremblements.




Il est possible d’apprendre à gérer son stress en mettant en place des stratégies cognitives, comportementales et émotionnelles que nous verrons dans de prochains articles.


Pour aller plus loin:

  • Dominique Servant: Gestion du stress et de l'anxiété

07.80.99.97.49

©2020 par Laetitia RAOULT. Créé avec Wix.com